Les Bêtes à Plumes asbl

Les Bêtes à Plumes asbl

Le 13 du mois de décembre 2013

Notre 13 du mois de décembre est consacré à Michèle Molinghen dont le recueil  Coeur hacké est paru tout récemment aux Editions Noctambules.

Michèle 1.jpg

 

Nous avons sélectionné trois de ses textes qui sont loin d'être entièrement représentatifs de son oeuvre mais où l'on retrouve tout de même chaque fois une émotion qui vous touche eu plus profond.

Tout simplement, sans doute, parce que ses mots, ses phrases jaillissent du fond d'elle-même avec une spontanéité et parfois une rage qui nous les font ressentir comme tellement spontanés qu'ils ne peuvent qu'être authentiques.

On  ne peut qu'adhérer au commentaire d'un de ses lecteurs :

"Je viens de lire et relire tes textes qui m'ont beaucoup touché. Je ne les trouve ni naïfs ni mièvres, bien au contraire. Ils sont pleins de sensibilité et d'un rythme qui fait qu'on a envie de les dire et non pas seulement de les lire... C'est vrai qu'à travers la poésie on se "donne" bien davantage qu'à travers toute autre forme littéraire. Et c'est souvent pour cette raison qu'on éprouve le sentiment d'une certaine impudeur à les livrer aux autres."

 

couv coeur hacké réduit.jpg

Je slame

 

Je lance mes mots au plus offrant

je lance mes maux au plus offrant

j'ai connu l'ivresse de l'amour

sans grand retour,

 

j'me suis lancée dans la vaste

gamme de tous les sentiments

j'y ai rencontré l'audace,

la tendresse et la violence

j'y ai croisé la mort

et la détresse, j'y ai accompagné

mes meilleurs amis....

 

me suis lancée dans la vaste

gamme de tous les sentiments

certains ne m'ont pas mentit

certains m'ont même sourit

 

mais

 

je rame pendant

que tu slames

 

c'est à cette heure ma seule arme

 

c'est à cette heure mon seul drame

 

de mes voyages au pays du cœur

j'espère encore trouver de la chaleur

 

j'voudrais encore revoir certains pays

et déposer ma tête auprès d'un doux nid

 

si je slame c'est parce que jsuis toujours en vie

 

si je slame c'est parce que j'ai toujours envie

 

si je rame c'est parce que tu n'as pas compris

je rame, tu slames, et c'est pour Moi que

jveux vivre à tout prix...

 

je slame, sur mes propres gammes

 

parfois avec douceur

parfois avec rancœur

 

je slame et je dis que c'est beau,

je rame pourtant j'écris c'est si bon la vie

 

Aujourd'hui

 

j'ai regardé le soleil

et me suis imaginée

que j'étais près de toi

 

aujourd'hui

 

j'ai pensé à tes petits doigts,

qui doucement recevaient entre

tes mains de tout nouveaux

cahiers, immaculés

 

je t'ai observée

j'étais là à côté de toi

 

 

tu les as ouverts

doucement, tu as pris un bic et

fièrement tu as posé les premiers

mots sur la feuille blanche

 

aujourd'hui

 

j'ai regardé le soleil

se lever et ton visage émerveillé

fièrement tu es partie grandie

 

j'ai pensé à toi et je

t'ai imaginée, levant ton petit bout

de doigt, pour poser timidement

ta première question, j'ai pensé

à ton joli petit visage enfantin

et j'ai éprouvé un léger petit coup

au cœur,

 

aujourd'hui

 

j'ai attendu avec hâte que tu

rentres chez nous, pour savoir

pour entendre ta petite voix, criarde

encore, me raconter ta merveilleuse

journée...

 

aujourd'hui j'étais très près de toi

 

et j'ai pensé à tes petits doigts posés

sur le piano... quelques notes magiques

sorties tout droit de ta chanson préférée

 

aujourd'hui je suis toujours si près de toi

 

aujourd'hui quelques années entre nos doigts

se sont glissées, pourtant les mêmes petites

questions m'émerveillent, à chaque rentrée

 

tu vois je serai là, tout près de ta voix

 

Le bonheur ...

 

c'est d'avoir ta main toute menue dans ma main

le bonheur

c'est regarder avec tes yeux le soleil briller dans les tiens

le bonheur

c'est d'écouter tes doigts pianoter sur le clavier des sons

le bonheur

c'est regarder tes petits doigts donner à manger aux chevaux,

le bonheur c'est ton rire qui vole au-dessus de moi

le bonheur c'est ton enfance qui passe à se jouer de moi,

le bonheur c'est toi

c'est ton joli petit minois qui me regarde

c'est ta petite main qui serre ma main

le bonheur c'est toi

c'est ton petit corps collé encore parfois contre moi

infiniment précieusement encore fragile toi,

l'enfance qui tente de s'envoler déjà ?

 

reste reste encore fragile, précieuse un peu contre moi

tes petites questions naïves posées,

tes éclats de rire qui montent jusqu'à l'infini

me narguent me narguent déjà,

reste encore un rien dans l'enfance auprès de moi



13/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres